Image L'essentiel du vocabulaire pour comprendre le marché des obligations

L'essentiel du vocabulaire pour comprendre le marché des obligations

Lorsque vous n'êtes pas du domaine de la finance, il est très facile de s'y perdre, notamment en raison des termes très techniques qui sont utilisés. Aussi, avant de vous lancer sur ce marché, il est très important de maîtriser l'essentiel du vocabulaire couramment utilisé. Voici donc ce qu'il y a à savoir.

L'obligation

Retenez que l'obligation est un titre de créance. En d'autres termes, celui qui vend une obligation reconnaît qu'il doit de l'argent à l'acheteur. Comme dans tout système de prêt, la dette doit être remboursée à une échéance donnée. Bien évidemment, le remboursement est assorti d'intérêts dont le taux est fixé dès le début du processus.

S'il s'agit là de la définition basique d'une obligation, celle-ci connaît plusieurs variantes en fonction des spécificités au contrat. C'est ainsi qu'on retrouve les obligations corporate et les obligations d'État, des obligations convertibles en action, des obligations à haut rendement, des obligations cotées, etc.

La cotation

La cotation doit être comprise comme l'indexation aux différentes variations du marché boursier. Autrement dit, lorsqu'une obligation est cotée, cela signifie qu'elle est soumise à des variations de la demande et à l'offre. La variation des taux déterminera la valeur de l'obligation à un moment précis. Généralement, plus une obligation tête demander plus sa valeur augmente et vice-versa.

La maturation

Cette expression renvoie à l'échéance de remboursement de l'obligation. La maturation intervient généralement dans le cadre des obligations datées, c'est-à-dire celles qui, dès le départ, ont été assorties d'une échéance.

La maturation peut alors intervenir après quelques mois ou plusieurs années. Le fait est que lorsqu'il y a une échéance, les fonds placés doivent être remboursés.

La datation

La datation est un processus qui permet d'assortir une échéance au remboursement d'une obligation. Ainsi, dès le début du contrat d'achat d'obligation, les deux parties décident mutuellement si l'obligation devra être remboursée à une date précise. Lorsqu'elle est datée, une obligation se doit d'être remboursée à la date décidée par les deux parties.

Si cette forme est très courante, il existe tout de même les obligations qui ne sont pas frappées de datation. L'emprunteur décide alors du moment où il est capable de restituer le fonds emprunté. Pendant ce temps, il continue de payer régulièrement les coupons au prêteur.

Le rendement

De toutes les expressions utilisées en matière d'investissement obligataire, le rendement est le moins compris. Il est généralement confondu à la rentabilité. Or, il n'en est rien.

De façon schématique, le rendement doit être compris comme le rapport entre le taux d'intérêt et la valeur d'une obligation. Une obligation sera dite à haut rendement lorsque l'intérêt est supérieur à sa valeur. Dans le cas contraire, une obligation à faible rendement est celle dont la valeur est inférieure au taux d'intérêt.

Le risque

Il est impossible d'appréhender tout le vocabulaire pour comprendre les obligations en éludant la notion de risque Il en existe plusieurs, même si tous renvoient à une même réalité : celle de la perte de fonds.

Il est donc possible, en fonction des risques encourus, de perdre soit sur votre investissement, soit sur les intérêts. La catégorisation des risques étant très diverse, il convient de demander conseil auprès d'entreprises spécialités comme Sunny AM. Afin de prendre la mesure de chaque risque, Sunny AM vous fera un exposé détaillé avant tout engagement de placement.